Qui est venu en premier en Afrique ?

9
Partager :

Selon certains, il ne souhaite pas les temps de voyage actuels Non, mais tous les voyageurs occupent cette position. Ceux qui ne le pensent pas incluent l’équipe de la Tatra Expedition Around World 2, dont rien ne s’arrête. Au printemps de cette année, il débutera sa deuxième étape en Afrique, de Djibouti au Somaliland, en Éthiopie, puis au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, au Malawi, puis à la Zambie, au Zimbabwe, en Afrique du Sud, au Botswana et à la Namibie. Les objectifs sont clairs : achever le voyage et réaliser pour les gens ce qu’on leur promet. « Venez avec nous dans ce domaine ! »

Lire également : Comment expliquer 4 saisons ?

Marek Havlicek, fondateur de TKS2, a répondu aux questions.

A voir aussi : Quelle est la religion des Égyptiens ?

Quel est l’état actuel de la voiture et comment a-t-elle réussi à résoudre la situation de l’automne dernier, lorsque vous attendiez des visas pour la Russie ?

Le statut actuel est que notre expédition Tatra — 815, que nous appelons Trajda, est en route vers l’Afrique. Véhicule d’accompagnement de l’écurie Adria, à qui Nous avons dit que Wisp est rentré chez lui et ne viendra pas avec nous en Afrique. Il nous a été confirmé que la frontière vers la Russie serait également fermée en avril et probablement plus longtemps, et il nous serait donc impossible de respecter la promesse que nous avons faite aux personnes censées venir avec nous que nous lancerions en mars 2021. Nous avons suggéré la possibilité de déplacer la voiture en Afrique, où elle peut actuellement traverser 12 pays. Des centaines de personnes, nos partisans, ceux qui auraient dû venir avec nous étaient d’accord avec notre décision, environ cinq personnes s’en fous. Avec l’aide d’ÚAMK, nous avons réussi à obtenir des visas et nous avons pris l’avion pour Astrachana, en Russie, pour récupérer les voitures.

En septembre, vous avez également annoncé que vous répéteriez la partie asiatique de la quête cette année. Le plan du printemps pour se diriger vers l’Afrique est-il un autre ajustement du calendrier compte tenu de la situation du coronavirus ? Combien de temps allez-vous rester en Afrique ?

Nous consultons tous nos plans et nos décisions avec les personnes qui doivent faire le voyage avec nous. Tout le monde va bien réaliser que nous sommes des expéditions, que nous ne sommes pas un voyageur et que parfois le voyage doit être ajusté pendant la marche. Nous sommes tous ensemble à la recherche d’un moyen d’aller de l’avant, comment faire notre grande expédition, qui est apparue dans la situation la plus peu prometteuse pour les voyages au cours des cent dernières années et peut-être plus, de ne pas s’arrêter, de ne pas se terminer. Nous sommes un projet de personnes pour les gens, et c’est pourquoi nous abordons cela également. Nous nous promettons la liberté de voyager depuis l’Afrique. Après des centaines d’appels téléphoniques et de vérifications de tous côtés, nous avons confirmé que rien ne nous empêchera de voyager pour le moment et nous pensons tous que ce sera le cas dans deux mois lorsque TKS2 sera lancé.

Source : Archives de Mark Havlicek, extrait de son voyage autour de l’Afrique (2008 — 2010), Congo.

Quel est l’intérêt public de participer au projet dans la partie africaine ? Est-ce que ces personnes ont voulu partir en Asie avec vous ?

Aux personnes qui nous ont soutenues dans leur participation et qui étaient censées voyager avec nous l’année dernière, nous avons augmenté leur crédit de 50 % afin qu’ils puissent choisir n’importe quelle option pour voyager avec nous en Afrique et qu’ils n’ont rien à payer. Nous avons trouvé juste, pour leur soutien, leur confiance. Près de 80 % des personnes qui étaient censées venir avec nous en Asie viendront avec nous en Afrique, et les autres attendront leur scène en Asie ou en Amérique parce qu’ils ne sont pas attirés par l’Afrique. Et nous avons également été approchés par un grand nombre de personnes qui veulent nous soutenir et vivre des aventures avec nous en Afrique. Une partie des étapes sont déjà occupées, certaines sont toujours gratuites. Plus d’informations sont disponibles sur notre site Web tatrakolemsveta2.cz.

Stanislav Synko doit également participer activement. Vous êtes-vous arrangé avec lui où et quand il se joindra à vous ?

M. Synek a 83 ans, il est vital, plein d’énergie et réticent, mais il doit être attentif à sa santé. M. Synek a choisi la première partie de l’étape où nous devrions visiter Djibouti, Somaliland, Éthiopie. Nous essayons pour lui. obtenir un vaccin contre le covid-19 afin qu’il ne soit en aucun cas exposé à un risque. Nous n’avons pas encore tout décidé autour de sa participation, cela dépend tout d’abord de lui. Il est le patron de notre quête, et il est de notre devoir de lui permettre de rester à bord de TKS2, et quand il le veut, nous le ressentons comme ça.

Source : Archive de Mark Havlicek, extrait de son voyage autour de l’Afrique (2008 — 2010)

Quel a été le succès de l’émission au sujet de votre parcours auprès du public de l’année dernière ?

La série a connu un grand succès, des centaines de personnes nous ont écrit pour nous remercier de notre point de vue, de la façon dont les gens d’autres pays se sont battus contre le covid, d’avoir vu à quel point il était difficile de voyager à l’époque covid et du fait que nous avons apporté aux téléspectateurs des images authentiques de la façon dont vivent les gens dans les endroits où nous passons. Et pour cela, nous aimons, le documentaire n’était pas destiné à nous, il ne s’agissait pas de nos voitures, mais il devait avant tout être une fenêtre sur la vie des gens dans les pays donnés, et c’était pour nous a réussi.

Allez-vous vous faire vacciner et peut-être avoir besoin d’autres membres d’équipage, par exemple des tests négatifs pour le coronavirus ? Vous allez également subir des tests réguliers en Afrique ?

Nous devrons certainement nous faire vacciner contre la fièvre jaune, sans cette vaccination, ils ne nous laisseront pas entrer dans certains pays. La plupart des compositions d’air nécessitent un test négatif lors de l’entrée dans l’avion, c’est-à-dire que quiconque monte à bord de notre Trajda aura un test négatif pour détecter le covid. Nous allons subir des tests réguliers afin de nous conformer principalement aux réglementations locales et aux réglementations locales

.

Source : Archive de Mark Havlicek, extrait de son voyage autour de l’Afrique (2008 — 2010)

L’article était basé sur la coopération de l’équipe TKS2 et d’une firme externe engagée dans le SEPR.

Partager :