La Guadeloupe est-elle dangereuse ?

8
Partager :

****0plage à Sainte-Anne Remarques et surlignements :

► L’île de Guadeloupe est le département français d’outre-mer (jusqu’en 2007, les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy en faisaient également partie) et à côté de la Martinique ; et les Guayens français appartiennent à l’Union européenne, contrairement à de nombreux autres territoires dépendants français (billets en euros) sont montrés dans des cadres et de petites cartes discrètes sous la carte de l’UE des territoires d’Amérique centrale et du sud).

A découvrir également : Quel est le salaire moyen d'un Canadien ?

L’île de Guadeloupe ressemble à un papillon avec ses ailes étendues, et chaque aile est en fait une île, entre laquelle se trouve un détroit marin étroit avec une largeur de rivières tchèques de taille moyenne. Cette étroite bande de mer appelée la rivière Salée (Rivière-Salée) est enjambée de deux ponts, ce qui n’a en pratique qu’aggravé l’impression d’une île de la Guadeloupe. Cependant, les deux îles sont complètement différentes et différentes, comme si elles n’avaient même pas menti. à seulement quelques mètres de distance. L’île orientale de Grande-Terre est une plaine presque sans bosse, il y a de grandes villes et est beaucoup plus adaptée au tourisme dans le sens du loisir (abondance d’hôtels et d’installations similaires ; magnifiques plages de sable blanc, d’eau cristalline et de palmiers entrant dans la mer…). En revanche, l’île occidentale de Basse-Terre (également appelée Guadeloupe) est montagneuse, recouverte en grande partie de forêts, globalement plus propre, plus calme et beaucoup plus agréable et plus intéressante — idéale pour les voyages en plein air ou « aventure ». Il existe de vastes mangroves dans les zones où les îles se confondent.

► La Guadeloupe comprend également les îles de Marie-Galante, Désirade et Les Saintes. Comme déjà mentionné, l’ancienne île lointaine de Saint-Barthélemy (Saint-Barthélemy) et une partie de l’île de Saint-Martin (Saint-Martin), l’autre moitié de l’île appartient aux Antilles néerlandaises et porte le nom néerlandais Sint. Maarten).

A lire aussi : Quelle est la saison des ouragans à Cuba ?

► La Guadeloupe utilise officiellement (et presque exclusivement) le drapeau français, mais il existe également plusieurs drapeaux non officiels de la Guadeloupe, dont le plus célèbre est une variante avec soleil, canne à sucre et lis (basé sur l’emblème) ou un drapeau identique au drapeau du Suriname, différent peut-être seulement dans le rapport d’aspect ou la largeur des bandes.

► Le centre administratif, d’où la capitale du territoire dépendant est Basse-Terre, mais en fonction de la population, la Pointe-à-Pitre, beaucoup plus grande située dans le centre de la Guadeloupe — physiquement sur Grande-Terre, cependant, comme entre les deux îles. Pointe-à-Pitre constitue une agglomération assez importante avec de nombreuses villes et municipalités environnantes, et constitue de facto le centre de tous les événements sur les îles.

► La Guadeloupe est une île civilisée avancée dont l’articulation principale est la canne à sucre (sucre et rhum) et le tourisme. Les Mulati constituent la grande majorité de la population. Leur mentalité est, je dirais, à moitié noire et à moitié française… Comme la plupart des Français, personne ici ne vous remarquera même, personne ne vous conseillera ou ne s’aidera lui-même, tout le monde est extérieurement comme « lui-même pour lui-même »… Suivant le modèle des noirs africains, les gens sont initialement inaccessibles, mais une fois « sous leur peau », ils sont absolument parfaits… Contrairement au français continental ici, on ne rencontre presque pas ce nationalisme français typique et même l’anglais est beaucoup plus courant ici. Même si le français est un discours officiel à côté du créole, tout le monde est conscient du fait que l’anglais est plus ou moins une langue internationale, c’est pourquoi tout le monde essaie de raisonner, même s’il s’agit d’un anglais réfracté ou de quelques mots…

► Comme n’importe quel endroit du Nouveau Monde, l’histoire est très jeune et donc les villes et les monuments correspondent de ce fait. Les villes sont plutôt terne, sans intérêt et ce qui n’est pas très gratifiant dans nos proportions européennes. Sur le plan architectural, il n’y a presque rien à voir ici. Cependant, la nature sur les îles est d’autant plus agréable.

Transport vers la Guadeloupe : La

Guadeloupe possède un nouvel aéroport international moderne (le Raizet) près de Pointe-à-Pitre, l’un des neuf dans les Petites Antilles qui conviennent aux vols océaniques et aux opérations de gros avions (d’autres sont en Martinique, Sainte-Lucie, Barbade, Grenade, Antigua, dans la partie néerlandaise) de Saint-Martin, et deux dans les îles Vierges américaines). Le transport entre l’Europe et la Guadeloup ne pose donc aucun problème. Le moyen de transport le plus pratique vers la Guadeloupe est avec Air France de Prague à Pointe-à-Pitre avec transfert à Paris. Il suffit d’être prudent lors du transfert : dans un sens, il est transféré à l’aéroport Charles de Gaulle et dans l’autre à Orly. Les deux aéroports se trouvent à l’opposé de Paris — le trajet peut également être atteint en 45 minutes, mais c’est plutôt une exception. Tout au long de la journée, il peut s’étendre jusqu’à 3 heures. Les bus d’aéroport d’Air France circulent entre les aéroports : un trajet s’élève à environ 400 CZK et un billet peut également être acheté dans la succursale de Prague d’Air France (septembre 2002). Le vol au départ de Prague, y compris le transfert, dure 10-11 heures. Le billet aller-retour incluant les frais d’aéroport coûte environ 26 000 CZK (avril 2013). Une alternative plus coûteuse est un vol avec KLM via Amsterdam. Les autres options (vols à travers les États-Unis, le Canada et moins) sont très peu économiques. Un voyage à travers une autre île des Caraïbes (par exemple en passant par Londres vers Sainte-Lucie, la Barbade ou la Grenade, ou via Paris ou Amsterdam jusqu’à Saint-Martin) est également possible.

port de catamarans à Pointe-à-Pitre Transport dans les Caraïbes (Guadeloupe, Dominique, Martinique, Sainte-Lucie) :

Les deux principales îles de la Guadeloupe (Grande et Basse-Terre) sont les suivantes : reliés par des ponts. Entre la Grande Terre et les autres îles de la Guadeloupe (Grande-Terre, Marie-Galante et Les Saintes), ainsi que la Dominique, la Martinique et Sainte-Lucie, il fonctionne très bien, rapidement et relativement bon marché à droite. Il s’agit de catamarans à double coque rapides et puissants exploités par trois entreprises : L’Express des Iles, Caribbean Ferries et Brudey Frères. Le prix et le nombre de connexions conviennent le mieux à L’Express des Iles, Caribbean Ferries et Brudey Frères est tout à fait inapproprié. Les billets aller-retour sont beaucoup moins chers, il est pratique de combiner le billet, c’est-à-dire de s’arrêter sur les îles après le voyage. Le prix du billet Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) — Roseau (Dominique) — Fort-de-France (Martinique) — Castries (Sainte-Lucie) — Pointe-à-Pitre est de 188 €/septembre 2002). Les horaires changent assez souvent et très significativement en fonction de la saison, des vacances, des intérêts, etc., il est donc inutile de s’y intéresser plus en détail. Pour l’orientation, peut-être Seulement Guadeloupe — Martinique 1 x 4 fois par jour, Guadeloupe — Dominique 4 x 6 fois par semaine, Guadeloupe — Sainte-Lucie 2 fois par semaine — 3 fois par semaine, Martinique — Dominique 4 x 6 fois par semaine, Martinique — Sainte-Lucie 2 fois par semaine, Dominique — Sainte-Lucie 1 fois par semaine. Transport vers Marii-Galante et Les Saintes : Martinique — Les Saintes 2 fois — 3 fois par semaine, Guadeloupe — Marie-Galante (Grand-Bourg) environ 3 fois par jour, Guadeloupe — Marie Galante (Saint-Louis) 1 fois par jour. L’horaire doit être informé à l’avance — il m’est arrivé que sur cinq navires par semaine entre la Martinique et le Sv Lucia, il ne restait que deux navires et les autres jours. Les croisières des trois entreprises se déroulent presque en même temps… ! S’il y a deux liaisons à Sainte-Lucie par semaine, par exemple le vendredi et le dimanche, toutes les entreprises voyagent ces jours-ci (!) — les cinq autres jours ne sont pas connectés ! Le trajet entre les îles dure 75 à 100 minutes, un retard courant causé par des retards dans le port où il y a généralement un énorme chaos et un écrasement. L’exception est le port de Pointe-à-Pitre, qui est nouveau (depuis le dernier ouragan) et très moderne, la pire situation est à Fort-de-France. Pour une nature plus faible, je recommande de prendre Kynedril ou des comprimés similaires avant de voyager… Les catamarans naviguent très rapidement (peut-être 70 km/h) à cette vitesse copient le niveau et il n’arrive donc pas rarement que la haute mer s’incline et saute jusqu’à une hauteur de, la différence de hauteur entre l’avant et la poupe étant considérable ! Selon des informations non vérifiées, il existe également un lien avec la Désirade de Saint-François, Les Saintes (les deux grandes îles) également depuis Basse-Terre et Trois-Rivières et entre Saint-Martin et Saint-Barthélémy (apparemment il y a aussi quelques autres connexions). La liaison maritime officielle vers les autres îles des Caraïbes ne fonctionne pas et il ne reste donc plus que le transport aérien. Chaque île dispose d’au moins un aéroport pour atterrir de petits avions jusqu’à trente à cinquante les gens, bien sûr, c’est un moyen de transport très coûteux. Le prix peut être jusqu’à la moitié du prix d’un vol en provenance d’Europe, avec une différence très marquée entre un aller simple et un billet aller-retour. Un billet aller simple coûte plus cher qu’un voyage aller-retour ! ! ! Et ce n’est pas en termes relatifs, mais en termes absolus ! ! ! (c.-à-d. si un billet aller-retour coûte 200€, il s’agira d’un aller simple, par exemple 250€).

Transport en Guadeloupe (Basse et Grande-Terre) :

Curieusement, il n’y a pratiquement (apparemment) pas de navigation côtière régulière… Il n’y a pas beaucoup de trafic sur la mer environnante. Il y a peut-être quelque chose comme des croisières charter ou des croisières en ordre, mais quelque chose comme une liaison de ligne dont je n’ai pas entendu parler. Les sociétés de location de voitures fonctionnent assez facilement, mais les prix sont vraiment inimaginables (j’ai rencontré des Belges et des Français dans une voiture empruntée et tous ces « riches capitalistes » se sont plaints de loyers trop chers ; et prix du tout). Les taxis peuvent être utilisés principalement pour le transport en dehors des principaux itinéraires ou vers l’aéroport, etc., en bref lorsque d’autres moyens ne sont pas possibles ou compliqués. Tout au long de la journée, il n’est pas difficile de prendre un taxi n’importe où dans la rue, le soir et surtout la nuit, la situation est très mauvaise. Les minibus circulent fréquemment et abondamment. Dans les conditions locales, ils sont les transports publics les moins chers et restent plutôt chers (environ 2€ par trajet de 15 km, selon l’itinéraire). Il n’y a peut-être pas d’horaires en Guadeloupe, mais les bus circulent si souvent qu’ils ne sont pas nécessaires. Dès le premier arrêt, le minibus est plein (généralement 13 personnes). Les bus sont marqués par la première et la dernière ville, certaines par plusieurs autres villes au milieu de la route. Le minibus se rend toujours à ces endroits, mais l’autre itinéraire change parfois de façon opérationnelle. Il y a plusieurs arrêts, mais vous pouvez descendre et monter à bord partout, même si c’était après 50 pieds. Les bus circulent entre six et sept heures et demie… Après sept heures du soir, il n’est plus possible d’aller nulle part ! ! ! Le moyen le moins cher, le plus radieux et le plus fiable est l’arrêt automatique. Il existe un réseau routier de qualité en Guadeloupe et la circulation est très bonne sur les routes principales. Il n’y a aucun problème à arrêter une voiture et même pas lors de raids ou directement sur les autoroutes. En règle générale, en suivant les règles de base de la piste automatique, vous partez dans un délai d’une demi-heure à une heure. Si vous parlez au chauffeur, vous découvrirez à quel point ces personnes inaccessibles sont accessibles et géniales, et il est certain que huit personnes sur 10 vous emmèneront où vous le souhaitez sans y aller elles-mêmes. Il m’est même arrivé que j’ai arrêté ma voiture à Pointe-à-Pitre, le conducteur s’est dirigé Kamsi au nord de l’île Grande-Terre et m’a toujours conduit à voir Sainta-Rose sur Basse-Terre, s’étendant ainsi sur deux fois 35 km ! C’est pire dans l’obscurité (quand il n’y a plus de bus), mais j’ai toujours réussi à le faire. Quand la piste de voiture est en plus du familier Il faut se souvenir des règles de l’auto-stop pour trois autres : pas suivi avec un pouce droit ! ! ! (ce geste signifie dans les Caraïbes qu’il y a un danger sur la route et les conducteurs doivent donc accroître la prudence). Il trace avec un index tendu pointant légèrement vers la chaussée ! Le deuxième fait très important est le fait qu’il est impossible de passer longtemps à choisir l’endroit le plus approprié. Vous ne trouverez pas un endroit aussi adapté aux pistes à certains endroits, et les chauffeurs locaux peuvent s’arrêter à peu près n’importe où. C’est presque une nécessité de ne pas faire d’auto-stop, mais sur place ! Le climat océanique tropical est absent et ne permettra pas de longues marches avec des bagages, il faut se rappeler que dans un tel climat, une personne est à moitié fatiguée auparavant et pas rarement instable. Le moyen éprouvé est d’arriver uniquement dans la première ombre (à moins qu’il ne soit dans un endroit extrême) et de faire du stop jusqu’à ce que la voiture s’arrête. Le troisième point important est étroitement lié à Au-dessus… « Si je transfère », j’essaie de faire en sorte que le premier chauffeur m’amène, de préférence, au-delà de la ville et de préférence dans un endroit approprié. En fait, sur une île de cette taille, tout est assez proche, mais même il est inapproprié de parcourir de plus longues distances à pied. Avec suffisamment de temps, il est possible que seule la marche sans bagage soit recommandée.

****2Forêt Météo et climat/vêtements : Il

ne sert à rien de mentionner le nombre de diplômes, etc., car ces informations sont couramment disponibles sur Internet et peuvent être très trompeuses. L’essentiel est que la saison touristique va parfois de janvier à février à juillet et août, lorsque le temps est relativement plus froid (cependant, on dit que la différence n’est pas si perceptible). La situation en septembre quand j’étais sur l’île de moi semble assez effrayante et inimaginable pour une personne ignorante et invoyageable… ! La température varie autour de 30 à 35 heures par jour °C (un peu moins la nuit). Cela semble relativement tolérable… mais c’est une erreur ! Il y a un climat océanique tropical, et le plus désagréable est donc l’humidité incroyable de l’air. C’est comme si vous étiez monté dans la serre du jardin botanique et que vous n’en étiez sorti qu’au moment de monter à bord de l’avion ; je dirais même que c’est un peu pire ! Le vent ne bouge presque pas sauf à l’exception (autre c’est à la période de « l’ouragan »), l’ombre à regarder… Le climat est agréable pendant trois heures par nuit… Vous êtes en une seule pièce humide, le linge lavé sèche, mais jamais tout à fait sec… à 9 heures du matin, lorsque la température monte à trente degrés, il y a plus de rosée dans l’herbe que le matin ! La saison des pluies, que tout le monde évite, s’est avérée absolument inoffensive… C’est une conjecture commune étrange sur plusieurs jours de fortes pluies sans cesser. Les pluies durent des mois, mais il ne s’agit surtout que de quelques minutes d’averses. Auparavant, encore plus par jour, mais entre eux il y a un temps merveilleux, toute pluie de ce type peut rester sèche et tombe généralement entre une ou deux cigarettes. Il pleut juste une heure, deux. Personnellement, j’étais beaucoup plus à l’aise dans les forêts, où l’humidité est la même, sinon plus grande, mais elle n’est pas si chaude et donc étouffante. Pour ceux qui savent, par exemple, en Afrique du Nord, où la température a besoin de 40 °C, je dois dire qu’elle est beaucoup plus agréable que 30 °C dans les Caraïbes. Ma consommation moyenne était de quatre tours par jour (et je les ai toujours portés jusqu’à ce qu’ils soient complètement trempés, lorsque la sueur actuelle s’en sortait). Il est intéressant de noter que, contrairement à nos conditions, la sueur ne se fait pas sentir du tout, mais même vous avez toujours besoin de lessive ! Si vous mettez des vêtements en sueur dans un sac en plastique (pour ne pas tremper les autres vêtements) en quelques minutes, ils infuseront d’une manière tellement incroyable qu’ils ne peuvent pas être lavés avec du savon, du shampoing ou des vêtements similaires. Les voyages sont importants ! Ne pas sentir la sueur, mais je dirais comme de l’ammoniac pur. Des vêtements, il n’a aucun sens d’emporter des choses chaudes avec vous (même les nuits ne sont pas froides). Vous n’avez pas besoin de pantalons longs, de sweat-shirts ou de t-shirts à manches longues. Suffisamment de t-shirts en coton à manches courtes, peut-être des sous-vêtements (ils ne conviennent pas à cause de la sueur — éruptions cutanées à l’aisselle, etc.), des shorts de préférence en tissu ou en coton et des chaussettes (cela ne suffit que jusqu’aux villes) – pas nécessaire. En effet, rien d’autre n’est nécessaire, sauf peut-être des maillots de bain et des mouchoirs, ce qui va sans dire. Chaussures — sport bien ventilé, ou sandales. J’ai fini avec des pantoufles sans exception, même dans les forêts et pendant la saison des pluies.

****3stent à Grande Anse Hébergement : Je

mentionne que les auberges les moins chères de type 1 lit, un ventilateur (parfois pas même) sont de 450 à 500, -CZK par personne et par jour et Je ne continuerai intentionnellement pas dans les hôtels ou autres établissements, car il s’agit principalement de plusieurs milliers d’articles (seulement très indicatifs à partir d’environ 110€). Le moyen le plus simple et le plus sûr est de faire des tentes. Dormir sous la lueur n’est pas possible en raison de l’humidité humide — tout serait complètement trempé le matin ! Il est nécessaire d’avoir une tente de haute qualité avec des valeurs élevées de colonne d’eau, car ces courtes averses ont tendance à être très abruptes (la vitesse de la chute de vol et l’impact subséquent sur le tropiko correspondent, je pense, à cinq mètres de la colonne d’eau), semblable au sol – chaque matin, il y a de la pluie sous la tente, parfois des flaques d’eau… (une personne agenouillée agit sur le sol de la tente avec un poids correspondant à dix mètres de la colonne d’eau). La tente doit être très bien enroulable (! ! !) avec la possibilité de faire fonctionner des trous de ventilation de l’intérieur, en raison de pluies soudaines, et comme vous sentez chaque kilo qui se trouve dans le sac à dos, il devrait être compréhensible Le plus léger possible : les barres duralumin constituent un choix sans ambiguïté. Il n’est certainement pas payant sur la tente d’épargner. Il n’y a pas besoin de sac de couchage, mais au moins un chiffon ordinaire pour dormir. Lorsque vous dormez sur le sol nu de la tente, vous n’attendez que de vous réveiller la nuit — vous allez constamment coller et vous réveiller ! La tente est officiellement autorisée en Guadeloupe. Je ne sais pas où cela ne doit pas se produire, mais c’est possible en principe presque partout. Les plus appropriées sont les plages, car il y a généralement des douches et de l’eau douce, mais je dormais souvent le long des routes, à la lisière de la forêt, etc. Seules les grandes villes, les environs de mangroves et les plages supposément « désertes », c’est-à-dire des plages situées en dehors de la civilisation, des plages près desquelles il n’y a pas de maison. De temps en temps, des groupes de junkies sortent sur de telles plages « désolées » (et qu’ils sont bénis) et volent les touristes… Campy est ici aussi, mais je ne les ai pas essayés — il n’y en a pas besoin.

****4 noix de coco Nourriture et boisson :

Que faut-il écrire sur la nourriture… ? Il est clair que la nourriture est partout, c’est suffisant et c’est bon, mais… mais pour l’argent… pour l’orientation, je dirai que la moitié de la baguette est de 100 à 150 CZK ! Je veux dire, au moins quelques conseils… moins chers à acheter dans les hypermarchés. Certains fruits ne sont pas trop chers, parfois moins chers du poisson ou des conserves — je ne recommande pas la viande en conserve — pour 2 à 3€, vous obtenez un petit corned-beef au goût terrible et pas rarement « fatigué » (parfois même dans les super marchés et les hypermarchés). Le lait hollandais est bon marché et excellent (litre à 1€). Pour manger dans les restaurants et dans la rue, vous avez vraiment besoin de beaucoup d’argent. Vous avez donc le choix soit de dépenser des tas de fonds pour la nourriture locale, soit de désavouer et de manger l’emporter avec vous (cependant, vous le sentirez tous les jours dans le sac à dos sur votre dos). Je fais face à des situations similaires de façon assez radicale (mais c’est vrai que pour moi, le problème n’est pas l’extrême du type trois jours sans nourriture). Quand il fait chaud et surtout étouffant, je ne connais presque pas la faim, et j’ai donc juste besoin d’un demi-à trois quarts de litre de soupe dans un sac pour une journée – généralement sans pain, etc. Cependant, dans ce cas, il est nécessaire de compléter les vitamines non seulement avec des fruits, mais aussi en comprimés et, d’autre part, pour traiter avec de l’énergie corporelle en conséquence ! Le corps devient vraiment dur et la production d’énergie est énorme, il est donc impossible d’émettre de l’énergie inutilement ! Boire… c’est un chapitre beaucoup plus important ! La distribution de liquides est énorme et, par conséquent, l’apport doit être adéquat (c’est également le cas du sel). En Guadeloupe, ainsi que dans presque toutes les régions caribéennes et tropicales, l’eau douce peut être très dangereuse par nature (voir chapitre sur la santé). Il n’est pas conseillé de le boire ou de s’y baigner ! ! L’eau du robinet, l’eau bouillie ou embouteillée est sûre (un litre et quart coûte environ 1,5€). Généralement, l’eau est à s’agrippent sur les plages dans les toilettes et les douches, sinon le robinet se rencontrera rarement. La plupart des gens préfèrent l’eau aux boissons sucrées, au contraire, je préfère boire du Coca, car, contrairement à l’eau, il est possible de boire chaud, et surtout en mangeant, le sucre est une source d’énergie. La bière est courante et partout — la seule marque caribéenne (originaire de Trinidad) Carib (ressemble à de l’urine, mais c’est bon), l’Américaine Heineken et une multitude de marques européennes, principalement françaises, belges et néerlandaises — le tout en trois pour un prix d’environ 3 à 5€. Il est en effet essentiel de boire une quantité de liquides. Avec un séjour récréatif, il sera bien sûr légèrement inférieur, mais avec une méthode active (cognitive) et une marche constante, la consommation sera par gallon… J’ai bu environ six litres et plus par jour (et lorsque cette consommation est devenue faible le matin et le soir — 2 fois par jour — d’autres liquides traversent la peau !). Excellent (bien que à peine assoiffé) est un rhum local (d’où la canne pas le nôtre), avec une pléthore de marques en trois (sinon plus) couleurs et plusieurs millésimes. Les droits d’accise ne sont pas payés sur l’alcool ou les cigarettes et les prix sont donc très supportables : sept rhums d’environ 5€ et un paquet de cigarettes à partir de 1€ (mais ils sont probablement les seuls produits bon marché sur les îles).

crabe Santé :

Dans les eaux douces des régions tropicales, il existe une occurrence assez courante de protozoaires amib—parasitaires provoquant une maladie appelée bilharziose (ou schistosomose). En termes profanes, il s’agit d’une sorte d’inflammation des voies urinaires ou intestinales (cas des Caraïbes), qui peut être arrêtée, mais le traitement est très difficile (le séjour à l’hôpital est long et soi-disant désagréable). La forme intestinale de la maladie peut entraîner une cirrhose du foie. L’eau douce ne peut pas être bu ou baignée dedans, il n’est même pas recommandé de manger des fruits avec une peau incomplète ! Il existe des comprimés (maintenant communément en pharmacie) qui ajustent chimiquement l’eau pour qu’elle soit potable, mais ils ne fonctionnent que sur les bactéries, etc., mais pas sur les parasites, du moins pas sur la bilharzie (schistosomie — sorte de motolique) ! ! ! Il reste donc deux options — soit pour faire bouillir correctement l’eau ou la laisser dans un récipient scellé pendant trois jours — alors elle sera dangereuse (s’il y a des larves de schistosome, elles ont besoin d’un hôte intermédiaire dans les trois jours. Les gastéropodes, s’ils ne le deviennent pas, ils meurent). Seul l’intérieur de l’île de Basse-Terre est en sécurité. En outre, il s’agit de sujets plus ou moins courants, tels que la diarrhée, le coup de chaleur, les accidents vasculaires cérébraux, mais aussi le rhume, l’écoulement nasal et la toux, principalement en relation avec une consommation de glace inconsidérée et principalement avec des transitions depuis des endroits climatisés (par exemple marques, etc.). La littérature met également en lumière des épidémies occasionnelles de dengue et recommande la vaccination contre la fièvre typhoïde, éventuellement l’hépatite A virale, le tétanos et la diphtérie. La vaccination obligatoire ne s’applique qu’à la fièvre jaune et uniquement si vous venez en Guadeloupe de régions où elle est apparue. Comme je l’ai mentionné précédemment, il est important de reconstituer les vitamines et le sel, sans sous-estimer la consommation de liquide et de ne pas changer de force. L’épuisement est beaucoup plus rapide ici que dans notre zone tempérée. (Bien que je sois habitué à de longues randonnées avec un sac à dos sur le dos, ici le premier jour, j’ai eu une demi-distance et deux jours après, j’ai été « battu » et incapable de continuer). La surprise est qu’il n’y a pas de quantité excessive d’insectes difficiles en Guadeloupe. Bien que les fourmis soient partout plus qu’abondamment, elles ne sont pas particulièrement désagréables. Les mouches et les moustiques ne vous embêtent presque pas. Les problèmes ne seront que excessifs dans les endroits des mosquées telles qu’elles ont été créées, c’est-à-dire près de l’eau où il y a de l’éclairage. Très désagréable est en début de soirée et en soirée, étendu et abondamment. a participé au parc du sport de Pointe-à-Pitre. Pire encore, c’est la situation des marécages de mangrovatoriaux situés près de l’éclairage de la ville (seulement magnifiquement éclairés derrière la ville). Au cours de la journée, il n’y a pas d’insectes sans quelques insectes ou sans monument. Environ quatre fois, j’ai rencontré un scarabée géant (je n’ai absolument aucune idée de ce qu’il était) — c’est un gros noir comme un demi-canari, son vol est encombrant et très bruyant, il a des ailes courtes et des côtelettes, d’où dépasse sensiblement le cul elligé. Il se nourrit de bois, c’est pourquoi vous le rencontrerez le plus souvent près de divers bourgeons en bois, restaurants de jardin et autres. Il dit qu’il peut mordre une personne très douloureusement, mais il n’est pas offensant. Il y a beaucoup d’animaux dangereux qui vivent dans la mer, mais je n’en ai vu aucun au large de la côte, à l’exception des méduses, qui peuvent brûler très mal à l’aise. Cependant, d’après ma propre expérience en Guadeloupe, je dois dire que « l’éruption d’ortie » après avoir brûlé, il disparaît de lui-même en environ une heure et la traînée rouge est perdue après quelques semaines. En dehors de la brûlure initiale, on ne ressent rien tout le temps. Plus désagréable ne sera que la leçon, surtout pour ceux pour qui ce sera la première expérience similaire. Parmi les autres animaux dangereux et désagréables, je veux dire, vous ne rencontrez aucun… Je n’ai pas vu de serpent, d’araignée ou de quelque chose de ce genre depuis un mois. Vous entendrez des milliers d’animaux variés dans les forêts, mais vous n’en verrez presque aucun. Ils vous évitent, à la fois les ratons laveurs et les mangustes, et tout ce que vous rencontrerez à chaque tournant, ce sont des crabes dans des dizaines d’espèces, trop timides pour attaquer. Parmi les animaux plus gros, vous ne rencontrez normalement que des oiseaux inoffensifs et des chiens errants, mais même chez ceux que je ne les ai pas enregistrés gênants, et encore moins attaquer. En conclusion, une autre recette pratique de la population locale – coups et égratignures possibles problèmes locaux aqueuses la chair des feuilles d’aloès déchirées, qui pousse ici.

Prix :

Seulement très indicatif, car ils sont différents selon l’emplacement et le type de magasin…

Pepsi/Coca Cola dans la rue (0,3 litres) : 1,5 — 3€ Pepsi/Coca Cola sur le Marketplace (2 litres) : 1,9 — 2,5€ Lait durable (1 l) : 0,5 – 1,1€ Bière dans la rue (0,3 litre) : 3 – 5€ Bière sur le marché (0,3 l) : 0,9 – 3€ Vue : 0,2€ – 0,6€ Timbre par vue : env. 0,3 — 0,4€ Baguette (non farcie — pâtisseries uniquement) sur le marché : 1 à 1,5€ Baguette farcie dans la rue (c’est-à-dire seulement une demi-baguette) : 3,5 — 5,5€ Conserves : 2,5€ — 6€ Bananes (1 kg) : environ 0,5 — 1€ Noix de coco (1 pc) : environ 2€ Avocat (1 pc) : environ 3 — 3,5€ Rhum sur le marché (non archivistique, 0,7 l) : 4 — 8€ Entrée : 6€ — 9€ Bus (15 km de trajet) : environ 2€ Toilettes : gratuites ou jusqu’à 0,5€ Douche : gratuite ou jusqu’à 1€

Peut généralement être payé les cartes de paiement (de préférence Master Card et Visa), les guichets automatiques sont également courants.

****6 coucher de soleil à Sainte-Anne Autres :

• Un grand nombre d’oiseaux peuvent être observés en Guadeloupe — principalement des oiseaux, mais les petits colibris sont communs, vous les croiserez presque partout où il y a des fleurs rouges.

• Le coucher du soleil et l’obscurité en Guadeloupe se produisent très rapidement. En septembre, le soleil se couche autour de 6h00 à 19h00, et dans environ une demi-heure, il fait nuit. Après 19 h, la Guadeloupe est complètement morte, pas de vie nocturne. Seuls les jardins des grands hôtels touristiques sont exceptionnels et quelques-unes des attractions se trouvent également dans les rues des grandes villes, mais il s’agit surtout d’une existence douteuse comme les sans-abri, les junkies…

• La République tchèque est un terme presque inconnu, la plupart de la population masculine de la Guadeloupe connaît la Tchécoslovaquie (paradoxalement grâce au football tchèque). On rappellera à la patrie les dégâts et les magasins de Bata, mais personne ne connaît le lien avec la République tchèque.

• En automne, il y a parfois une saison de hiver dans les Caraïbes : la saison des cyclone. On dit que les ouragans sont de retour dans une certaine période et on parle d’eux tous les jours.

Toutes les données (sauf indication contraire) concernent 2002.

Partager :