Comment vit la Nouvelle-Calédonie ?

8
Partager :

Vous êtes dans la catégorie Voyages, où vous trouverez des carnets de voyage et des carnets de voyage. La plus grande portion de minutes est celle du grand voyage autour du monde de Peter Daubner. Pour obtenir une liste complète de toutes les minutes triées de ce voyage, voir — Around the World 2009 — 2011 — article map.

Après quatre jours passés à Nouméa, je me suis finalement réunie et j’allais connaître la beauté de l’île. Et tout comme à Tahiti, j’ai suivi l’ensemble de l’île. Cependant, la Nouvelle-Calédonie est beaucoup plus grande et surtout plus longue que Tahiti — d’un bout à l’autre de l’île, elle se trouve à 500 kilomètres par la route.

A voir aussi : Comment trouver un travail en Nouvelle-Zélande ?

Arrêt de voiture Calédonien

J’ai mis de côté 10 jours pour apprendre la beauté de la Nouvelle-Calédonie (je n’utiliserai que le nom abrégé Caledonia, comme le fait le nom local). Ils m’ont tous dit que les plus belles de Nouvelle-Calédonie sont les îles environnantes, à savoir en particulier Iles Loyauté (Loyalty Islands English), mais j’aurais besoin de plus de temps et d’argent pour cela. J’ai donc préféré choisir une balade touristique autour de l’île principale. Et même si les bus ne sont pas Dieu sait combien coûte en Calédonie, j’ai choisi un arrêt de voiture. Premièrement, j’économiserai tout en apprenant à connaître les habitants.

A voir aussi : Quand se rendre à Sydney ?

Je n’ai pas regretté ma décision, car l’arrêt automatique en Calédonie était excellent. En principe, je ne m’attendais nulle part très longtemps. C’est devenu un peu pire sur la côte Est. Pas tellement parce que les habitants n’ont pas voulu m’emmener, mais tout le monde a roulé juste un peu, donc je ne me suis déplacé que lentement. Dans le nord-est, la fréquence du trafic n’était pas exactement la plus dense. Mais les gens étaient gentils partout. J’ai été pris par les Noirs locaux (c’est-à-dire Kanakas — les mélanésiens originaux) et par les Blancs, et ils étaient tous cool.

Il y avait un léger avantage parmi les Blancs, car la plupart d’entre eux, contrairement aux Kanaks, parlaient au moins un peu anglais. Fait intéressant, vous ne verrez pas de grandes différences sociales en Calédonie. Certes, j’ai vu quelques voyous à Nouméa (surtout noirs). C’était une exception, et c’était difficile à critiquer, car la plus grosse chaussette et poubelle de Calédonie, c’est moi, un enseignant de la République tchèque. Sinon, tous les Noirs vivent bien aussi, et certains ghettos, quartiers pauvres ou villages pauvres ne trouveront pas grand-chose ici. Les prix peuvent être élevés en Calédonie, mais les salaires sont censés être deux fois plus élevés qu’en France !

C’est aussi la raison pour laquelle un grand nombre de Français s’y installent. Le bien-être est également visible sur la flotte ici. Les grandes voitures prédominent, 90 % des voitures étant françaises ou japonaises. Un grand nombre de Dacií Logan y conduisent (ainsi que Tahiti). Les temps changent. Dacia appartient aujourd’hui sous la Renault Concern et il y a longtemps ne produit plus ses minuscules vieux rovers, qui sont encore de temps en temps donnez un aperçu des routes tchèques. Au fait, les routes, donc elles sont évidemment aussi excellentes, et il y a même une autoroute autour de Nouméa. En dehors de Nouméa, cependant, la circulation est très faible (le pays ne compte que 250 000 habitants et 40 % vivent à Nouméa et dans l’agglomération environnante), ce qui fait de Calédonie un paradis pour tous les automobilistes.

Il ne vous arrivera certainement pas que vous soyez coincé quelque part dans un cortège comme nous le sommes sur le nôtre. En tout cas, les villes ne sont presque pas présentes en Calédonie. Peut-être que seule Koné (la capitale de la province du Nord) peut être appelée ville. Ce qui apparaît sur la carte de Calédonie en tant que ville, ce sont soit des villages plus grands, soit, au mieux, de minuscules villes qui comptent entre 2 000 et 5 000 habitants. Parallèlement à cela, un certain nombre de Kanaks indigènes vivent dans le soi-disant tribo, qui peut être librement traduit par « tribu » ou clan.

Ce que l’on identifie comme « tribu » sur la carte sont principalement de petits villages dispersés des indigènes, mais le territoire tribal comprend également la campagne environnante, donc parfois on voit un panneau portant le nom de la tribu et le village n’est nulle part en vue. Les Kanaks du tribo adhèrent aux traditions indigènes, sinon ils vivent bien. Vous ne devez donc pas être surpris qu’une luxueuse limousine japonaise se trouve derrière la cabane indigène.

Sur la piste automobile, j’ai également appris des leccos locaux. Les habitants de Caledonia semblent s’entendre très bien, quelle que soit la couleur de la peau. La Nouvelle-Calédonie est très riche, principalement d’énormes sites de nickel et de subventions très généreuses de la France. J’ai demandé à deux Blancs s’ils pensaient que Caledonia serait indépendante (à partir de 2014, elle a le droit de déclarer un référendum d’indépendance).

Les deux ont soutenu que c’était absurde, car dans ce cas, la France traquera le pays subventionné et la plupart des Blancs quitteront le pays. Certains Kanaks, à leur tour, ont besoin d’indépendance. Donc, je suis sur le coup. curieusement, mais au sens sobre, ce ne serait probablement pas une étape très sensée dans un avenir proche. En effet, les perspectives économiques des Calédoniens continuent d’être très prometteuses, et le pays devrait devenir de plus en plus riche et riche.

Samedi, il roule en Calédonie pour faire la fête !

Tiré du journal d’un autostoppeur

Jour 1-2. Bourail Inc

Je me suis levé tôt le matin, j’ai laissé une partie des choses dans le débarras de l’auberge de jeunesse à Nouméa et j’ai emprunté le sentier. J’avais une poignée, parce que je n’avais même pas eu à sortir trop loin du centre-ville, j’ai immédiatement pris la piste jusqu’à Nouméa, où commence l’autoroute et la deuxième voiture m’a emmené jusqu’à 163 milles de Bourail. . Mon objectif n’était pas directement cette petite ville, mais la côte maritime, située à environ 8 kilomètres de Bourail et où j’ai manqué de sommets. Le symbole de Bourail est avant tout le solitaire. pilier rocheux « Bonhomme de Bourail » (les francisinaires peuvent bien le traduire, merci J), un bel exemple de l’action de l’abrasion de la mer. Le puissant surf ici a également créé de jolis murs rocheux, de petites portes et des tunnels. Trois petites plages sont ensuite retranchées entre les différentes formations rocheuses.

La plus jolie d’entre elles est la plage Turtle Beach (La baie des Tortues). Les tortues se produisent vraiment ici, à savoir la carte commune (Caretta caretta, Tortue caouans anglaise). Ce dernier peut mesurer jusqu’à un mètre et peser 150 kilogrammes. Il pond des œufs sur la plage ici. J’ai vu une tortue nager dans la mer. La plage elle-même est également agréable et vous encourage directement à nager. Le paysage parfait est ensuite terminé par de grandes araucarias massifiées, qui sont des arbres ressemblant à une croix de pin et de bambou. Ce sont des conifères, mais les troncs sont relativement étroits et hauts, et ils ne poussent à partir d’eux que de très courtes branches.

Le résultat est un arbre de stature semblable à un bambou, ce qui est étonnant qu’il ne se brise pas dans des rafales de vent plus fortes. À une courte distance d’ici, la rivière Nera traverse un joli petit delta dans l’océan. La plage est également très prisée des vacanciers, entre autres, car la route d’accès y mène. C’est pourquoi j’ai dormi sur une deuxième plage plus petite la nuit, où j’ai rencontré un serpent et un pêcheur l’après-midi, mais il n’y avait pas de pied le soir et j’avais toute la belle plage pour moi. Le lendemain, j’ai visité une « forêt de cycades  » voisine. Les cycades sont des fossiles vivants parmi les plantes.

Ils contrôlaient le globe principalement dans les plus jeunes montagnes du Paléozoïque (il suffit de regarder un tableau de Zden Burian) et ont survécu miraculeusement jusqu’à nos jours. Ils atteignent six mètres de hauteur et rappellent fortement les palmiers, ils n’ont rien à faire. Il y avait également un « échantillon » de couverture de mangrove à la lisière de la forêt. Ici (et, bien sûr, ailleurs en Calédonie), j’ai fait l’expérience que là où il y a des mangroves, il y a aussi des foules de moustiques assoiffés de sang (qui sont autrement ici en « hiver » calédonien, c’est-à-dire la saison sèche, le pouvoir ne se produit pas).

Après cela, j’ai retracé la deuxième plage, qui n’offre plus autant de beauté naturelle, mais elle se paressait bien ici et a passé la deuxième nuit. Il n’y avait pas grand-chose à se baigner ici, car la mer est très peu profonde, et à marée basse, on pouvait peut-être marcher un kilomètre et cela suffirait encore — à deux cents mètres du rivage, il y avait de l’eau à genoux. Sinon, le lagon situé à proximité de Bourail est l’une des six zones classées par l’UNESCO sous le nom global « Lagons de Calédonie  ».

Ces six zones, comprenant l’océan environnant ainsi que le littoral adjacent (où se trouvent de nombreux peuplements de mangroves en plus des plages), Il couvre une superficie combinée d’environ 16 000 km2 et serait un paradis de plongée où traversent des troupeaux de requins, de tortues de mer, de raies de mer et d’autres bêtes. Personnellement, cependant, je ne peux pas le juger, car je n’ai pas plongé. J’ai essayé de faire du snorkeling en Calédonie à environ trois endroits, mais j’étais toujours près de peu de sable où il n’y avait rien à voir.

Jour 3-6. Hienghène, Grand Nord et Aborigènes

Sur la troisième aujourd’hui, j’ai réussi à marcher de Bourail jusqu’à juste avant Hienghène, qui est à plus de 200 kilomètres. J’ai tellement traversé l’île, de la côte ouest à la côte est, et j’ai trouvé quelques différences ici. Alors que tout est clôturé sur la côte ouest, car les pâturages prévalent ici, donc à l’est, où beaucoup plus de précipitations tombent, ce sont plutôt des forêts et des forêts (ou plutôt leurs vestiges) et clôturés n’est presque rien. Vies dans l’Est également un pourcentage beaucoup plus élevé de Kanaks que dans l’ouest et les blancs que vous ne rencontrez pas autant ici. La cordialité des indigènes locaux est reconnue, entre autres, par le fait que tout le monde, piétons et conducteurs, est en bonne santé en s’agitant mutuellement.

Mais ce n’est vrai que sur la côte est. Sur les traces de ce jour-là, il convient de mentionner principalement deux camarades qui ont fumé de l’herbe dans les manèges et se sont réjouis de la façon dont la route les passait joyeusement. J’ai passé la nuit au bord des magnifiques formations rocheuses de la côte. Je les ai partiellement regardés le lendemain matin et je suis arrivé à Hienghène . Le symbole de ce village est une formation rocheuse en mer qui ressemble fortement à une poule. Dans le village même, il y a un joli centre culturel où l’on peut voir des cabanes canacky traditionnelles et des totems.

Juste à l’extérieur d’Hienghène, je suis tombé sur un grand groupe de véhicules et de personnes, où j’ai légèrement roulé. Ils étaient ici. les Kanaks eux-mêmes et ils m’ont dit que c’était un mariage. Ils parlaient très peu anglais, mais à la fin, j’ai compris que le mariage n’aura lieu que dans 14 jours et c’est un festival où, outre que quelque chose est mangé et bu (j’ai trop mangé), ils achètent principalement des tissus et des vêtements pour les jeunes mariés.

Tous les textiles étaient dans des tas tels que quelque part sur le marché, et les locaux l’ont payé en partie avec des billets en franc normaux, mais principalement traditionnels avec de l’argent canacky . Ils ne sont utilisés aujourd’hui que dans les cérémonies et diverses cérémonies. Fondamentalement, ce sont des vésicules de toile colorées, dans lesquelles une chaîne de perles est enveloppée.

Ces sacs étaient alors ceux qui étaient couchés sur le tissu, et c’était probablement payé. Puis j’ai marché assez longtemps et je n’ai rien pu retracer parce qu’il n’y avait rien jusqu’à ce que je trouve un endroit agréable près de la plage et J’ai déballé la tente.

Mon dortoir se trouve à une courte distance de la cascade de Tao , que j’ai fait mon chemin le lendemain matin. La cascade est belle, estimée à une centaine de mètres de haut. Puis j’ai fait du stop plus au nord. C’était juste samedi, ce qui signifie qu’une grande partie des Kanaks font la fête et font la fête. Ce qui ne serait pas le pire, mais ils se déplacent en voiture en même temps. J’ai suivi un groupe comme celui-ci. Ils étaient cool, j’ai pris un verre bien sûr. Heureusement, je n’ai pas vu le conducteur boire, mais sinon le penchant du natif pour la conduite rapide et l’alcool (peut-être de la marijuana) est assez dangereux, comme en témoignent les épaves de voitures dans les grattoirs que personne ne nettoie (la ferraille ne court probablement pas ici).

Les Fêtards m’ont jeté dehors dans un endroit appelé Balade, où le premier Européen a débarqué. c’était James Cook. Et ils avaient raison ! Le célèbre nageur marin a débarqué ici en 1774. Alors que tout le char allait célébrer (apparemment en l’honneur de M. Cook) jusqu’au lendemain matin, j’ai préféré dire au revoir et je me suis rendu dans une tribu Canacka appelée Arama ce jour-là .

Je n’avais pas prévu à l’origine sur l’endroit, mais sur le chemin quelqu’un l’a avisé qu’ils disaient que c’était toujours une tribu originale qui n’était pas gâtée par les touristes. Ailleurs, les indigènes locaux jouent souvent du « théâtre » pour les touristes — danser, cuisiner de la nourriture indigène et rester avec eux — le tout pour de l’argent, et les agences de voyages y amènent des touristes. L’endroit était intéressant. Au début, personne ici ne m’a remarqué, comme si j’étais l’air. Les gars jouaient au pétang, au football omladina local et au volley-ball, et les autres, en particulier les femmes, ont joué quelque chose comme le bingo, pour de l’argent.

J’ai installé une tente juste à l’extérieur d’Arama, et je suis ici depuis un moment. On traîne le soir. Finalement, les habitants m’ont hoché la tête pour jouer au volleyball avec eux. Puis j’ai reçu un repas d’une femme qui connaissait au moins quelques mots d’anglais. Tout l’endroit ressemblait à un grand endroit. Il y avait aussi une église et une aire de jeux, mais il n’y avait pas de chalets résidentiels et lorsque l’obscurité tombait, les habitants sont monté dans leur voiture et se sont rendus dans les maisons voisines.

J’ai passé la nuit à Araba (comme toujours sous une tente) et le lendemain, j’ai fait du stop. Même si je n’ai rien vu ce jour-là, c’était finalement une journée très intéressante. Je me suis d’abord arrêté au village de Pum, situé à l’extrémité nord de l’île. Mais je n’ai rien vu d’intéressant ici, alors j’ai déménagé dans le village de Voh. Ici, on trouve une merveille naturelle. C’est le célèbre cœur qui est conjuré par la nature dans les peuplements de mangroves locales .

La partie de la couverture qui est nettement plus léger que la zone environnante, occupe en fait la zone de la forme du cœur. Ce phénomène naturel a été rendu célèbre par le photographe Yann Arthus-Bertrand, qui a publié un célèbre livre de photographies, principalement prises à partir d’un avion, peut-être de montagnes, de belvédères et d’autres hauts lieux, et le motif de ce cœur est même représenté sur la couverture du livre.

Malheureusement, la vérité est que le cœur ne peut être vu correctement depuis l’avion que lorsque vous volez directement au-dessus de lui. J’ai gravi la plus haute colline de la région, et la formation se trouvait quelque part au loin. Ce cœur est à peine reconnaissable à partir d’ici, et n’ayant pas de photo dans un prospectus où même une partie de l’environnement est capturée, je ne le trouverais même pas. Par conséquent, si vous n’êtes pas l’heureux propriétaire ou le locataire d’un avion, d’un hélicoptère, d’un ballon ou d’un autre avion, alors ne venez même pas ici, vraiment, mais vraiment l’ascension vers cette colline n’en vaut pas la peine.

J’étais sur la côte ouest ce soir. Déjà Je me suis allongé et j’ai continué à aller et je suis allé et je n’ai trouvé aucun endroit où dormir parce qu’il y avait des pâturages clôturés tout autour. Et une dame m’a arrêté d’elle-même et m’a emmené jusqu’à Nouméa, soit quelque 220 kilomètres. Au total, j’ai parcouru 400 kilomètres sur presque toute l’île ce jour-là. La dame vivait dans un préfabriqué au bord de Nouméa. Son frère adolescent, bien sûr, est juste derrière cette maison sur le scoop comme une maison dans le style d’une cabane indigène, où il descend avec ses amis et joue de la batterie, des claviers et autres choses. Et c’est là que les bonnes personnes m’ont laissé dormir. Le gamin a couché avec moi. Et je dois manger et boire.

hache de guerre carnivore Nepenthes viellardii

Depuis le clochard, ou trois jours dans le parc Rivière Bleue

De Nouméa, le parc de la Rivière Bleue est à environ 50 kilomètres. J’y suis allé le septième matin et j’y ai passé trois jours et trois nuits. Je me suis déplacé dans le parc exclusivement à pied, juste au point de départ des sentiers pédestres, un jeune Franncouzi m’a démonté, ce qui m’a permis d’économiser 10 kilomètres de marche. Même ainsi, j’ai parcouru une soixantaine de kilomètres en trois jours avec une croix sur le dos, donc je n’ai certainement pas traîné.

Je peux vous dire que le parc de la Rivière Bleue est le plus beau que j’ai vu de Nouvelle-Calédonie . Comme son nom l’indique, il s’étend autour de la rivière Bleue (Rivière Bleue), qui coule ici avec la rivière Blanche (Rivière Blanche). Un réservoir d’eau plus petit s’étend autour de la confluence des deux rivières, qui couvre au total (même au-delà des limites du parc) une superficie de 40 km2. Alors que l’eau du réservoir est magnifiquement bleue, la végétation environnante est verte et le sol orange, ce qui permet d’assembler un joli méli-mélo coloré.

Une fois, le bois et les ressources minérales ont été extraits ici, donc il y a eu une partie. déforestation du paysage local, auquel l’érosion est donc très fortement signée. Les lieux du paysage peuvent être trouvés des fosses, des vestiges après les activités d’anciens prospecteurs qui ont fait quelque chose comme un relevé géologique ici. Ils ont creusé un trou jusqu’à 20 mètres de profondeur, puis en ont prélevé des échantillons de roches. S’ils constataient que la roche était élevée dans un peu de minerai, l’exploitation ne pourrait que commencer. Les vestiges de la forêt, noyés dans le barrage local, sont également un incident intéressant.

Sur la carte que j’ai reçue à l’entrée, ils écrivent que le parc de la Rivière Bleue est une belle démonstration de la forêt tropicale. C’est ce dont ils se moquent, non ? — Je me suis demandé quand j’ai vu la forêt sèche environnante (c’est la saison sèche et il ne pleuvait pas pendant les trois jours de mon séjour). Quand ici, comme agiter un osier magique, littéralement à quelques pieds, la végétation s’épaississait comme elle-même, et soudain, je me suis retrouvé dans une forêt tropicale non falsifié. Une végétation dense partout. Et tout cela est bleu. rivière. Et on ne rencontre pas beaucoup de touristes ici. Un jour, je n’ai même rencontré personne du tout, c’est là que j’ai erré loin de l’entrée.

Le parc lui-même dispose d’une infrastructure parfaite. Il se divise essentiellement en deux vallées (Blue River et White River), qui socialisent au pont Perignon. De là, deux routes principales entrent dans les deux vallées. Je n’ai pas beaucoup vu la vallée de la rivière Blanche. Selon la carte, il y a moins d’attractions et les voitures peuvent y conduire. C’est pourquoi j’ai préféré la Blue River Valley. Les voitures ne sont pas autorisées à venir ici, mais six fois par jour, il y a un bus qui ramasse les touristes et les dépose ensuite à des arrêts individuels.

Les principaux sentiers sont suivis par tout un réseau de sentiers plus petits, impeccablement balisés. Il y a des panneaux d’information partout en français et en anglais, il y a aussi des aires de repos avec bancs, toilettes, cabines téléphoniques (alimentées par des panneaux solaires) et quelque part il y a même gîtes où vous pouvez dormir. Le prix d’entrée au parc (400 francs) est très bas si je prends le confort que le parc offre aux visiteurs à ce prix. Et vous pouvez toujours camper ici gratuitement. Il y avait donc une phrase vague dans le prospectus que je devrais demander à l’entrée au sujet de l’option de camping.

Je ne l’ai pas fait, mais finalement le premier jour de l’après-midi, à l’approche de l’heure de fermeture (le parc ferme à 17h, à 18 h 30, c’est l’obscurité complète au début du mois de septembre), lui-même a pris un garde local et m’a recommandé un bel endroit où dormir. Le seul petit défaut de beauté est qu’il n’y a presque nulle part d’eau potable dans le parc. Presque tous les robinets d’eau indiquent que l’eau n’est pas potable. Je m’y suis occupé en désinfectant de l’eau, que j’ai heureusement eue avec moi. Bien sûr, j’ai aussi traîné de la nourriture avec moi pendant trois jours.

En plus du fait que j’étais bouillonnante avec la beauté du paysage local, je des panneaux d’information et des prospectus ont également beaucoup appris sur ce parc et la nature en Nouvelle-Calédonie. La nature calédonienne est avant tout un paradis pour tout botaniste. 3 344 espèces végétales ont été décrites à travers la Nouvelle-Calédonie jusqu’à présent. 2 011 d’entre elles poussent dans les forêts tropicales locales, mais il ne reste plus grand-chose en Calédonie. On estime que les forêts couvrent autrefois 70 % du territoire de la Nouvelle-Calédonie, alors qu’aujourd’hui elles ne représentent que 22 %.

L’homme a détruit les forêts principalement en tirant (en raison de nouveaux sols), en abattant du bois et en extraction minérale. L’un des vestiges les plus importants de la forêt tropicale est situé juste dans le parc de la Rivière Bleue. 82 % des espèces de plantes forestières locales sont des espèces endémiques qui ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde, uniquement en Nouvelle-Calédonie. Il est le résultat de la séparation assez longue de l’île avec les masses terrestres et les îles environnantes. Seuls les palmiers cultivent 37 espèces en Calédonie. Il se classe dans 16 genres, dont 15 sont endémiques ! Bien que nous ayons associé des palmiers principalement à des oasis du désert (palmier dattier) ou à la côte du Pacifique (cocotier), les palmiers néo-calédoniens poussent principalement dans la forêt).

Les carnivores poussent également dans la forêt. Le receveur de nepenthes viellardii a un gros calice atteignant 20 centimètres de haut, au fond duquel se trouve un liquide dans lequel tombent des insectes imprudents. L’autre carnivore local, Drosera neocaledonica, est une plante à miettes que vous ignorez facilement. Mais les vrais dirigeants de la forêt sont de gigantesques grands forestiers.

symbole du parc est principalement des kauris (Agathis lanceolata, français : Kaori, nom ancestral tchèque dit damaroň). Le plus grand de ces géants mesure 40 mètres de haut et son âge est estimé à 1 000 ans. Les autres grands arbres sont Neoguillauminia Cléopâtre et Montrouziera cauliflora Le (le nom anglais est The Houp). Tous ces arbres ont une circonférence de tronc d’environ neuf mètres et ne se distinguent pas tant par leur hauteur que par leur cardinalité incroyable.

bétail de Nouvelle-Calédonie est un peu plus pauvre que la plante. Même parmi les animaux, il y a bien sûr un certain nombre d’endémites représentés. Par exemple, un énorme pigeon goliath (Ducula goliath), le plus grand pigeon du monde, nichant dans des arbres pouvant peser jusqu’à 830 grammes, ou un magnifique gecko Rhacodactylus ciliatus. Cependant, le véritable symbole de toute la Nouvelle-Calédonie est le kagu à crête (Rhynochetos jubatus Le , Kagu anglais, français : Cagou). Il appartient à la Nouvelle-Calédonie aussi intrinsèquement que le kivi sud de la Nouvelle-Zélande et, comme le kivi, le kagu est un oiseau sans vol. Bien qu’il ait des ailes assez grandes, il est incapable de vol.

Si vous plantez un kagua quelque part en Europe dans la forêt, il tomberait immédiatement en proie à la belette, à la martre, au poisson ou aux chats errants. Cependant, aucun animal prédateur ne vivait à l’origine en Calédonie, et le kagu a donc perdu sa capacité de vol parce qu’il ne pouvait pas voler dans le sous-bois épais de la forêt. Le kagu se nourrit surtout d’insectes et de vers. Il vit en couples qui habitent un territoire assez vaste, de 10 à 30 hectares. Les hommes et les femmes sont semblables indiscernables. L’oiseau a une coloration blanche, des pattes et un bec orange, et une sorte de plume couvrant sur sa tête, qui peut se transformer en éventail ou en coiffe.

Cependant, la femelle ne peut malheureusement porter qu’un œuf par an. De plus, des espèces qui n’étaient pas présentes auparavant ont été introduites en Calédonie. C’est pourquoi l’invasion de chiens, de chats, de rats et de porcs sauvages a fait vivre environ 1 000 de ces plumes à vivre dans la nature dans toute la Nouvelle-Calédonie aujourd’hui, et dont près de la moitié (450 personnes) juste dans le parc de la Rivière Bleue (cette estimation date de 1999, peut-être déjà améliorée). Aujourd’hui, l’administration du parc travaille avec le zoo de Nouméa et libère avec succès d’autres individus dans la nature tout en éliminant simultanément les chiens, les chats et les rats par balle et par poison (partout dans le parc sont clairement marqués par du poison, principalement contre les rats).

Par conséquent, Kagu survit, mais c’est une espèce en péril d’extinction, et il est très difficile de voir cette plume. J’ai quand même réussi à le faire ! Et je dois dire que c’était mon expérience la plus forte de tout mon séjour dans le parc. Je marche sur la route comme ça, et soudain, je regarde un kaga qui me regarde depuis les bois ! Dans un certain temps, les deuxième et troisième y sont apparus (apparemment un couple avec de jeunes enfants dépassés). J’ai heurté un croisement, j’ai sorti mon appareil photo et j’ai poursuivi les oiseaux dans le sous-bois.

Ils se sont surtout enfuis de moi. plus loin dans les bois, mais quand je me suis arrêté, je n’ai pas bougé et je ne me suis pas accroupie, il arrivait parfois qu’une curiosité poussiéreuse prévalait sur la peur au Kagua et que je suis allée me voir de près. J’ai donc eu l’occasion de prendre des photos de cet oiseau rare à une distance d’un mètre ! Kagu dégage parfois un egar particulier, comme quand un lézard gicle. Et c’est un oiseau relativement gros, à peu près comme une poule.

L’avenir de la Nouvelle-Calédonie semble prometteur à l’heure actuelle. Cependant, la principale menace pour l’avenir est apparemment le risque de dévastation écologique de la belle campagne. En Calédonie, il y a un quart des réserves mondiales de nickel et un certain nombre d’autres métaux se trouvent littéralement sous toute la surface de l’île. Il ne reste plus qu’à espérer que les gens ici auront suffisamment de sens et conserveront les joyaux naturels pour les générations à venir. Parce que le côté naturel de Caledonia est quelque chose à voir !

Après un séjour dans le parc, je suis retourné à l’auberge de jeunesse de Nouméa, où je me repose, trier des photos et écrire, par exemple, cet article. La vie du voyageur n’est pas seulement une expérience à couper le souffle, il faut aussi déposer occasionnellement, se détendre et pratiquer des activités au rez-de-chaussée telles que la blanchisserie ou le shopping. En même temps, bien sûr, je travaille intensément pour planifier mes prochaines étapes qui mèneront à l’archipel du Vanuatu. Sur la carte, il vient de Nouvelle-Calédonie à deux pas, mais le navire s’y rend pendant trois jours…

Nouvelle-Calédonie — Sommaire Informations pratiques

Cotes septembre 2010 : 1 EUR = 119,33 F (franc Pacifique, taux fixé à l’euro), 1 CZK = 4,70 F)

Comme indiqué dans un article sur Nouméa, la Nouvelle-Calédonie est l’un des pays les plus chers du monde. J’ai acheté des fournitures dans un hypermarché à Nouméa et sur le chemin je n’ai dépensé que au minimum.

baguette 110-120 F

un litre de lait 120 F (tous deux dans un petit magasin du village)

Parc Rivière Bleue

Le parc se trouve à 50 km de Nouméa. Le prix d’entrée au parc est de 400 F par personne. Le parc est ouvert tous les jours sauf le lundi de 7 h à 17 h, où le parc peut être entré au plus tard à 14 h, mais le parc peut être campé et j’ai dormi ici pendant trois nuits. Vous pouvez y faire du vélo en voiture, en bus, à pied ou en VTT.

Si vous n’avez qu’une journée à visiter, il est probablement préférable de choisir une combinaison de transport en voiture et en bus local (ce dernier circule dans la partie du parc où la voiture ne doit pas rouler). Le parc dispose d’une excellente signalisation, d’une infrastructure impeccable et vous obtenez une carte claire avec des informations de base à l’entrée. La seule chose qui manque ici est de l’eau potable — apportez le vôtre ou faites le plein de fonds de désinfection de l’eau. Vous ne trouverez même pas d’électricité ici, mais si vous avez une carte téléphonique, il y a des boîtiers téléphoniques (alimentés par des panneaux solaires).

Tous les autres articles de Around the World que j’ai publiés en 2009 — 2011 se trouvent sur cette ligne : DEUX ANS DE LA VACE

Cagu à crête (Rhynochetos jubatus)

Partager :