À quoi ressemble la métropole algérienne ?

14
Partager :

Dans la métropole algérienne d’Alger, l’accord de coopération dans le domaine de l’utilisation civile de l’énergie nucléaire a été signé le 3 septembre 2014 entre le gouvernement de la Fédération de Russie et le Démocratique d’Algérie par la République populaire. Pour la partie russe, le document a été signé par le directeur général de la Corporation d’État pour l’énergie nucléaire Rosatom Sergueï Kiriyenko, pour le ministre algérien de l’Énergie de la République populaire démocratique algérienne Youcef Yousfi.

L’accord identifie l’objectif stratégique de la coopération entre les deux pays sur l’utilisation du noyau à des fins pacifiques. Le document envisage le développement, la construction, l’exploitation et le service de centrales nucléaires et de réacteurs de recherche à Alger. Toutes les technologies, matériaux et équipements qui seront algériens à la partie dans le cadre de l’Accord, ils peuvent être utilisés exclusivement à des fins pacifiques. En outre, la Russie et Alger ont accepté de réaliser une étude géologique conjointe, la sécurisation et l’extraction des sites d’uranium. Ils ont également fait état de la possibilité d’appliquer les technologies nucléaires à l’agriculture, à la biologie, à la recherche foncière, aux ressources en eau, à l’industrie et à la santé, y compris la production de radio-isotopes. Les parties contractantes conviennent également d’une coopération dans le domaine de la radiosécurité sur le territoire algérien.

A lire également : Où se trouve la Catalogne en Espagne ?

La partie russe s’est engagée à fournir des synergies dans la formation d’experts pour l’industrie nucléaire algérienne et à participer aux activités des spécialistes de l’Institut algérien de l’éducation dans le domaine de la technologie nucléaire. Comme l’a souligné Sergueï Kiriyenko, déjà en cette année scolaire, les dix premiers experts algériens commenceront leurs études sur la position des aspirants de la MIFI de l’Université nationale de recherche nucléaire de Russie.

« La construction de la centrale nucléaire algérienne selon le projet russe avec les réacteurs VVER pourrait devenir un projet clé », a annoncé le chef de Rosatom Sergueï Kiriyenko après la signature du contrat. « Nous nous félicitons de l’intention du gouvernement algérien de développer l’énergie nucléaire et nous sommes prêts à proposer un projet de référence de génération 3 qui répond aux critères de sûreté les plus stricts. Il s’agit de centrales nucléaires du même type que Rosatom construit actuellement en Russie et dans d’autres pays.

Lire également : Où puis-je voir le match du PSG ?

» Kiriyenko a également souligné que les experts nucléaires russes s’appuient sur une expérience à long terme dans la construction de centrales nucléaires dans des pays aux climats tropicaux et aux activités sismiques à taux élevé. Selon lui, les centrales nucléaires russes sont capables de résister aux tremblements souterrains jusqu’à une intensité de neuf degrés. La preuve est la centrale nucléaire de Busher exploitée avec succès en Iran, qui a été construite par des experts de Rosatom.

Le ministre algérien de l’Energie Youcef Yousfi a déclaré : « Ce traité permettra le développement des ressources humaines, de la technologie et de la science afin que nous puissions construire la première centrale nucléaire algérienne au cours des 12 prochaines années.

» Les deux parties chargées de mettre en œuvre l’accord établissent un comité conjoint de coordination, qui travaillera de façon continue et organise également des réunions de partenaires en Russie et en Algérie.

En 2013, la consommation d’électricité en Algérie a augmenté à 50 millions de tonnes en équivalent pétrole. La consommation d’électricité à des fins économiques et de transport devrait encore augmenter à l’avenir. Dans une situation où la production de pétrole en Algérie est réduite et où la demande ainsi que les prix des ressources énergétiques sur les marchés mondiaux fluctuent, le gouvernement algérien a déjà annoncé qu’il prévoyait de construire les premières centrales nucléaires du pays entre 2020 et 2025. Au cours de la prochaine période, il est prévu de devenir opérationnel de nouveaux réacteurs tous les cinq ans.

Selon les calculs du ministère de l’énergie et des industries minières d’Alger, les réserves de minerai d’uranium dans le pays représentent 29 000 tonnes.

Un réacteur de type canal argentin de 1 MW est en service à Alger depuis 1980 et un réacteur chinois à eau lourde de 15 MW depuis 1995.

Partager :